jeudi 2 juin 2016

Désillusion


C'était Il y a 25 ans.

Les Certitudes se construisent et s'effondrent successivement au rapport des crises internes, des crises externes... Tout se confond alors et donne à se perdre. 
Peut être que la vérité c'est de devenir ce que l'on veut créer ; peut être que la perdition est l'une des étapes inévitable pour atteindre ses ultimes souhaits. Mais alors, ici, qu'est ce que signifie exister ? Serait-ce seulement une volonté qui se doit de n'être jamais rassasié ? Est ce que nous observerons, enfin, cette conclusion plus assurément encore ?

mercredi 25 mai 2016

Rouages

 

Prescience.

Éreintés par les distances qui laissent dépérir les désirs. Désespérés par les surplus de désagréments qui troublent les communs achèvements.
Les mécaniques tournent, sans sourciller dans la perpétuation d'une oeuvre qui n'a réellement nulle revendications. C'est comme si les désirs d'un grand "Tout" étaient en train de s'accomplir sans que personne ne trouve à y redire.
Affiche (sérigraphie, flyers).
Thématique : Kamasutra ; Contraintes : Couleur noir + Une teinte.

Evénement(s) : L'Embobineuse > https://www.lembobineuse.biz/ 

Typographie : Aude Carbone > EpOxetBoTOx
=

jeudi 14 avril 2016

Apparences.


Toile de fond.

« - Quels projets nourrissez-vous pour votre avenir ? » C’est en toute bonhomie institutionnelle, que les représentants creusés et aseptisés des corporations -- encore sur pieds par on ne sait quel miracle -- débriefaient divers postulants, dans un inventaire assommant de choix de parcours tout désignés.
Julius possédait l’intégralité de la rengaine de répliques devant ces interrogations, sa tchatche et ses énonciations présentaient ce qu’il y avait de plus solide ; car il s’était donné la peine d’être sérieux, avant de renoncer complètement à jouer le jeu des vieux dogmes, endroits où le désenchantement l’avait atteint de manière aiguë.
Mais cela ne s’arrêtait pas là, il profitait du maximum de choses possibles de façon altière, multipliant les faux semblants, affichant des sourires, sans soucis, hypocritement, mais pour des motifs vraiment très différents de ceux d’autrui. L’excuse ultime en était que, de toute façon, aucun avenir n’existait. La fatalité était reliée au futur, et rien, à part le présent, ne valait la peine d’être pris en compte ; les coups d’œil en avant ne signalaient que conflits et désordre. Pas d’inquiétude là non plus : il suffira simplement d’avoir le bon timing et de prendre les choses en main très vite ; pendant que d’autres perdront leur temps à pleurer des normes qu’ils auront crus immuables pour leurs affaires… ... Julius est un pendard.

mercredi 16 mars 2016

Expressions


Coupure.

Ce petit lieu qui s’apparentait à un royaume tout entier, avait dans son aspect, ce charme des jours passés. On tourne alors les talons, un moment ou deux ; Et là, on ne demeure plus que joyeux.
Finis les inquiétudes, ne se montrent plus que les ballades et les cerfs volants. Du matin parfumé, aux allures du printemps, jusqu’au soir automnal aux couleurs d’apaisements…
Ce moment, où la nuit imminente nous dira que l’ivresse insouciante à marqué son empreinte sur ces instants. Et c'est ce moment où nous nous exclamerons alors en partant : au revoir…, Au revoir.

dimanche 31 janvier 2016

Tonnelle


Trouée

L'apparition de toutes les utopies se construit sur des fondations parfaitement solides... 
Partir de rien est l'apanage de toute les entités ; Mais choisir un commencement avec un grand C est un travail colossal bien que ce soit une peine qui demeure, dans la théorie, accessible. 
J'ai vu un pays, qui après avoir atteint le sommet de sa magnificence, n'avait devant lui qu'une étendue de splendeur et de joie. 
Sa tenue était irréprochable, sa persistance à l'épreuve de tous les plus grands désastres. 
Et sa débâcle ne pouvait venir que de sa volonté intérieure à désirer ardemment la discorde et la mort ignominieuse.
Ce sont des bribes d'apparitions imaginaires sur lesquels je voulais me hisser. Comment ai-je pu être à ce point fébrile et négligent... Pardon... Je suis désolé.

mercredi 30 décembre 2015

Voyage


Vide Spatial.

La dérive du temps prends les commandes de la continuité des affluences. Et dès lors, les engrenages se bousculent... Tout ce que l'on croyait savoir, tout ce que l'on croyait maîtriser reparaît devant ses hôtes comme un retour de flamme mortel. Comment, et par quelle explication, avons nous pu en arriver là...? 
Est ce que c'était écrit ? Dans quelles mesures ? Était-ce à ce point condamnable ? 
Puis ce le ciel être pris de pitié... à la vue de notre déroute.


mercredi 25 novembre 2015

Accalmie


Rives.

Maintes fois le vent à soufflé, amicalement, à travers les branches fulgurantes des honorables colosses de bois. Ces gardiens des terres apaisantes, qui par leur flegme impartial ouvraient le regard vers une existence insoupçonnée ; celle qui, précisément, faisait la part belle aux vertus de la contemplation.

mercredi 18 novembre 2015

Raccords



Surmontable.

On se déplace à tâtons sur les rives de l'île au naufrage ; là où, jour après jour, la survie est une obligation abandonnée au hasard, et confiée à la grâce de l'inconnu. La force du mental, mise à rude épreuve, s'efforce d'atteindre la condition ultime, la condition du surhomme.